Jean-Luc Lahaye : « Le public est une drogue » Par Magali Mustioli-Herce | Publié le 03/08/2018 Le podium Chérie FM propose deux concerts gratuits cet été. L’un à Quend, ce samedi soir. L’autre à Cayeux-sur-Mer, vendredi 10 août, où Jean-Luc Lahaye sera la tête d’affiche. Faites-vous beaucoup de scène ?  Énormément,   c’est   pour   moi   essentiel.   J’ai   commencé   sur   scène   avant   même   mon   premier   disque.   C’est   la   base   de   notre   métier.   En quarante   ans   de   carrière,   j’ai   réussi   à   créer   un   lien   avec   le   public   des   premières   heures   qui   est   encore   là.   C’est   absolument   fou   !   Il revient avec les enfants, je vois deux, trois générations. C’est souvent émouvant, et motivant. Le public semble être votre première motivation ?   Le   public   et   uniquement   le   public   !   Il   a   décidé   de   mon   sort   et   il   paye   content   par   sa   présence.   Aujourd’hui,   il   est   plus   facile   de   ne   pas sortir    de    chez    soi,    le    public    fait    un    effort,    parfois    des    centaines    de    kilomètres,    comme    ce    noyau    qui    me    suit    à    chaque    concert, n’importe    où.    Je    les    connais    à    force    !    Ce    n’est    pas    exceptionnel,    la    plupart    des    artistes    avec    une    longue    carrière    connaissent    ce phénomène. Préférez-vous les grandes salles ou les lieux plus intimistes ?   J’aime   tout,   je   prendrais   plaisir   avec   une   guitare   et   ma   voix   autour   d’une   table   avec   dix   personnes.   Mais   il   faut   avouer   qu’une   salle   de 10 000 personnes donne plus d’adrénaline et une proportion de trac supplémentaire. Vous avez encore le trac ? Curieusement    oui,    ça    m’arrive    encore.    C’est    quelque    chose    qu’on    ne    contrôle    pas,    ça    arrive    à    un    moment    précis,    c’est    l’angoisse d’oublier   un   texte…   C’est   que   je   mets   la   même   importance   à   bien   faire   qu’au   début.   Je   suis   très   perfectionniste   sous   mes   allures décontractées.   Surtout   en   studio   pour   l’enregistrement   de   mes   albums,   je   veux   que   le   son   et   les   arrangements   aient   une   pérennité, qu’ils ne soient pas démodés dans dix ou quinze ans. Connaissez-vous notre région ? Parfaitement   !   Je   pourrais   y   être   guide.   Je   connais   bien   les   Hauts-de-France   pour   les   avoir   sillonnés.   J’adore   la   Baie   de   Somme,   et   pour être   président   d’un   club   de   parachutisme   dans   l’Oise   (Celui   de   Frétoy-le-Château,   près   de   Noyon).   J’ai   vite   fait   de   parcourir   les   100   km restants pour venir jusqu’ici. Vous cumulez jusqu’à 140 concerts par an, cela laisse-t-il de la place aux autres projets ? Très   peu,   surtout   quand   on   ajoute   les   trajets.   Parfois,   je   regarde   ma   carte   d’identité   pour   me   souvenir   de   mon   adresse   à   Paris   !   J’ai commencé   un   album   avant   l’été   dont   deux   chansons   sont   abouties,   les   autres   attendront   des   arrangements   :   j’ai   quinze   dates   de concerts   cet   été.   Cela   me   permet   d’effectuer   des   sauts   en   parachute   un   peu   partout   en   France.   Ce   sont   cela   mes   vacances.   Je   ne   sais pas   m’allonger   dans   un   transat   sans   rien   faire.   À   la   rentrée,   j’enchaînerai   60   dates   de   concert   jusqu’à   la   fin   de   l’année.   Avec   deux   jours de travail en studio par semaine pour mon album. Ce rythme n’est pas difficile à la longue ?    Le   public   est   une   drogue   dont   je   ne   sais   pas   me   passer,   mais   je   tiens   le   rythme   grâce   à   une   hygiène   de   vie   très   stricte.   Je   n’ai   pas   bu une   goutte   d’alcool   depuis   trente   ans,   même   pas   un   Mon   Chéri   !   Je   n’ai   jamais   fumé,   je   ne   prends   aucun   médicament   et   j’évite   les médecins.   Quant   au   sport,   la   préparation   nécessaire   aux   sauts   en   parachute,   l’équipement   à   porter,   la   marche   pour   rentrer   après l’atterrissage toujours incertain sont importants. Le saut en parachute et le public, vos deux passions, vous apportent des sensations similaires, comme l’adrénaline ? Oui,   la   comparaison   est   juste.   Je   retiens   une   phrase   de   Maurice   Chevallier   à   Johnny   :   «   Ce   qui   est   important   dans   le   spectacle,   c’est   de soigner   l’arrivée   et   la   fin.   Entre   les   deux   fais   de   ton   mieux   ».   Le   public   doit   partir   avec   sa   dose   de   contentement,   c’est   à   l’artiste   de   le nourrir. Pour le parachutisme, c’est la même chose. Que réservez-vous au public cayolais ? Ce   sera   un   show   de   15   chansons,   je   serai   sur   scène   avec   un   clavier   séquenceur.   L’espace   est   trop   restreint   pour   des   musiciens.   C’est un   concert   en   plein   air,   je   ciblerai   donc   des   tubes   connus   car   ce   public   veut   aller   à   l’essentiel.   Ce   n’est   pas   la   même   chose   qu’un   public qui   vient   en   billetterie,   qui   cherche   à   approfondir,   qui   entre   dans   l’histoire   de   l’artiste,   de   son   écriture.   Je   serai   très   proche   du   public et   je   proposerai   des   dédicaces   après   le   concert.   J’y   passe   généralement   autant   de   temps   que   sur   scène.   C’est   un   parti   pris,   je   fais partie   de   cette   génération   qui   a   le   souci   de   bien   faire.   Je   ne   me   vois   pas   partir   comme   un   voleur.   J’écoute   les   gens   qui   me   parlent,   ce sont des visages, des sourires, C’est important. Propos recueillis par MAGALI MUSTIOLI-HERCÉ
4000 fans pour Jean-Luc Lahaye à Cayeux-sur-Mer Par Magali Mustioli-Herce | Publié le 13/08/2018 Plus   de   4   000   personnes   se   sont   massées   sur   la   place   du   Marché   vendredi   soir   pour   venir   écouter   leur   idole.   Jean-Luc   Lahaye   était l’invité   du   Podium   Chérie   FM.   Son   public   impressionnant   ne   s’est   pas   vraiment   laissé   conquérir   par   la   première   partie   qui   reprenait pourtant des tubes entraînants. Ils étaient là pour Jean-Luc et l’ont bien fait savoir ! Du vent, de la pluie et des parapluies Ovation   quand   la   star   est   montée   sur   scène.   Hommes,   femmes,   enfants,   adolescents,   adultes   ou   personnes   âgées,   tous   ont   repris   en chœur et en totalité l’intégralité de la quinzaine de chansons interprétées par l’artiste. Ni   le   vent   ni   la   pluie   intermittente   ne   les   ont   fait   reculer,   le   fan   est   équipé   :   couvertures   et   parapluies   étaient   de   mise   !   Avec   un   final sur   les   tant   attendues   Papa   chanteur   et   Femme   que   j’aime,   Jean-Luc   Lahaye,   tout   sourire,   aura   fait   patienter   tout   le   monde   jusqu’au bout.
Jean-Luc LAHAYE Site Officiel
LIEN ARTICLE LIEN ARTICLE LIEN ARTICLE LIEN ARTICLE
Jean-Luc LAHAYE
Site Officiel
Copyright © Site Officiel Jean-Luc Lahaye - Tous droits réservés
Jean-Luc LAHAYE
Site Officiel
4000 fans pour Jean-Luc Lahaye à Cayeux- sur-Mer Par Magali Mustioli-Herce | Publié le 13/08/2018 Plus    de    4    000    personnes    se    sont    massées    sur    la    place    du Marché   vendredi   soir   pour   venir   écouter   leur   idole.   Jean-Luc Lahaye     était     l’invité     du     Podium     Chérie     FM.     Son     public impressionnant   ne   s’est   pas   vraiment   laissé   conquérir   par   la première   partie   qui   reprenait   pourtant   des   tubes   entraînants. Ils étaient là pour Jean-Luc et l’ont bien fait savoir ! Du vent, de la pluie et des parapluies Ovation     quand     la     star     est     montée     sur     scène.     Hommes, femmes,    enfants,    adolescents,    adultes    ou    personnes    âgées, tous    ont    repris    en    chœur    et    en    totalité    l’intégralité    de    la quinzaine de chansons interprétées par l’artiste. Ni   le   vent   ni   la   pluie   intermittente   ne   les   ont   fait   reculer,   le fan   est   équipé   :   couvertures   et   parapluies   étaient   de   mise   ! Avec   un   final   sur   les   tant   attendues   Papa   chanteur   et   Femme que   j’aime,   Jean-Luc   Lahaye,   tout   sourire,   aura   fait   patienter tout le monde jusqu’au bout.
Jean-Luc Lahaye : « Le public est une drogue » Par Magali Mustioli-Herce | Publié le 03/08/2018 Le   podium   Chérie   FM   propose   deux   concerts   gratuits   cet été.    L’un    à    Quend,    ce    samedi    soir.    L’autre    à    Cayeux-sur- Mer,    vendredi    10    août,    où    Jean-Luc    Lahaye    sera    la    tête d’affiche. Faites-vous beaucoup de scène ?  Énormément,    c’est    pour    moi    essentiel.    J’ai    commencé    sur scène   avant   même   mon   premier   disque.   C’est   la   base   de   notre métier.   En   quarante   ans   de   carrière,   j’ai   réussi   à   créer   un   lien avec   le   public   des   premières   heures   qui   est   encore   là.   C’est absolument   fou   !   Il   revient   avec   les   enfants,   je   vois   deux,   trois générations. C’est souvent émouvant, et motivant. Le public semble être votre première motivation ?   Le   public   et   uniquement   le   public   !   Il   a   décidé   de   mon   sort   et il   paye   content   par   sa   présence.   Aujourd’hui,   il   est   plus   facile de   ne   pas   sortir   de   chez   soi,   le   public   fait   un   effort,   parfois des   centaines   de   kilomètres,   comme   ce   noyau   qui   me   suit   à chaque   concert,   n’importe   où.   Je   les   connais   à   force   !   Ce   n’est pas    exceptionnel,    la    plupart    des    artistes    avec    une    longue carrière connaissent ce phénomène. Préférez-vous      les      grandes      salles      ou      les      lieux      plus intimistes ?   J’aime   tout,   je   prendrais   plaisir   avec   une   guitare   et   ma   voix autour    d’une    table    avec    dix    personnes.    Mais    il    faut    avouer qu’une   salle   de   10   000   personnes   donne   plus   d’adrénaline   et une proportion de trac supplémentaire. Vous avez encore le trac ? Curieusement    oui,    ça    m’arrive    encore.    C’est    quelque    chose qu’on    ne    contrôle    pas,    ça    arrive    à    un    moment    précis,    c’est l’angoisse    d’oublier    un    texte…    C’est    que    je    mets    la    même importance      à      bien      faire      qu’au      début.      Je      suis      très perfectionniste    sous    mes    allures    décontractées.    Surtout    en studio   pour   l’enregistrement   de   mes   albums,   je   veux   que   le son   et   les   arrangements   aient   une   pérennité,   qu’ils   ne   soient pas démodés dans dix ou quinze ans. Connaissez-vous notre région ? Parfaitement    !    Je    pourrais    y    être    guide.    Je    connais    bien    les Hauts-de-France    pour    les    avoir    sillonnés.    J’adore    la    Baie    de Somme,    et    pour    être    président    d’un    club    de    parachutisme dans    l’Oise    (Celui    de    Frétoy-le-Château,    près    de    Noyon).    J’ai vite fait de parcourir les 100 km restants pour venir jusqu’ici. Vous   cumulez   jusqu’à   140   concerts   par   an,   cela   laisse-t-il de la place aux autres projets ? Très    peu,    surtout    quand    on    ajoute    les    trajets.    Parfois,    je regarde   ma   carte   d’identité   pour   me   souvenir   de   mon   adresse à    Paris    !    J’ai    commencé    un    album    avant    l’été    dont    deux chansons       sont       abouties,       les       autres       attendront       des arrangements   :   j’ai   quinze   dates   de   concerts   cet   été.   Cela   me permet   d’effectuer   des   sauts   en   parachute   un   peu   partout   en France.   Ce   sont   cela   mes   vacances.   Je   ne   sais   pas   m’allonger dans   un   transat   sans   rien   faire.   À   la   rentrée,   j’enchaînerai   60 dates   de   concert   jusqu’à   la   fin   de   l’année.   Avec   deux   jours   de travail en studio par semaine pour mon album. Ce rythme n’est pas difficile à la longue ?    Le   public   est   une   drogue   dont   je   ne   sais   pas   me   passer,   mais je   tiens   le   rythme   grâce   à   une   hygiène   de   vie   très   stricte.   Je n’ai   pas   bu   une   goutte   d’alcool   depuis   trente   ans,   même   pas un    Mon    Chéri    !    Je    n’ai    jamais    fumé,    je    ne    prends    aucun médicament     et     j’évite     les     médecins.     Quant     au     sport,     la préparation   nécessaire   aux   sauts   en   parachute,   l’équipement à   porter,   la   marche   pour   rentrer   après   l’atterrissage   toujours incertain sont importants. Le   saut   en   parachute   et   le   public,   vos   deux   passions,   vous apportent des sensations similaires, comme l’adrénaline ? Oui,    la    comparaison    est    juste.    Je    retiens    une    phrase    de Maurice   Chevallier   à   Johnny   :   «   Ce   qui   est   important   dans   le spectacle,   c’est   de   soigner   l’arrivée   et   la   fin.   Entre   les   deux   fais de     ton     mieux     ».     Le     public     doit     partir     avec     sa     dose     de contentement,      c’est      à      l’artiste      de      le      nourrir.      Pour      le parachutisme, c’est la même chose. Que réservez-vous au public cayolais ? Ce   sera   un   show   de   15   chansons,   je   serai   sur   scène   avec   un clavier     séquenceur.     L’espace     est     trop     restreint     pour     des musiciens.   C’est   un   concert   en   plein   air,   je   ciblerai   donc   des tubes   connus   car   ce   public   veut   aller   à   l’essentiel.   Ce   n’est   pas la    même    chose    qu’un    public    qui    vient    en    billetterie,    qui cherche   à   approfondir,   qui   entre   dans   l’histoire   de   l’artiste,   de son   écriture.   Je   serai   très   proche   du   public   et   je   proposerai des   dédicaces   après   le   concert.   J’y   passe   généralement   autant de   temps   que   sur   scène.   C’est   un   parti   pris,   je   fais   partie   de cette   génération   qui   a   le   souci   de   bien   faire.   Je   ne   me   vois   pas partir   comme   un   voleur.   J’écoute   les   gens   qui   me   parlent,   ce sont des visages, des sourires, C’est important. Propos recueillis par MAGALI MUSTIOLI-HERCÉ
Jean-Luc LAHAYE
Site Officiel
Copyright © Site Officiel Jean-Luc Lahaye - Tous droits réservés